métier paysagiste salaire

Métier de paysagiste, salaire, étude, création société : ce qu’il faut savoir

Si vous aimez la nature, le métier de paysagiste peut également vous intéresser. Vous pouvez devenir un vrai spécialiste de techniques d’aménagement et exercer par la suite la profession liée au paysagisme. Quelles sont les études à suivre ?

Qu’en est-il du salaire et comment faire pour ouvrir une société de paysagisme ?

Quelles études faut-il suivre pour devenir paysagiste ?

Véritable architecte des espaces verts et de la nature, le paysagiste a comme rôle principal de mettre en valeur des jardins ou des parcs, qu’ils soient privés ou appartenant au grand public. En général, ses missions sont à la fois créatives et techniques, d’où l’importance de suivre des formations spécialisées.

L’objectif de suivre des études est surtout d’appréhender ce futur métier que vous souhaitez exercer de façon très professionnelle.

Vous pouvez développer votre expertise professionnelle grâce à un panel d’outils que vous trouvez en ligne. En procédant ainsi, vous pouvez bénéficier d’une assistance pédagogique personnalisée. Par ailleurs, des ateliers en présentiel et des stages en entreprise facilitent ensuite la mise en pratique de toutes vos connaissances.

Dès la seconde, vous pouvez déjà accéder aux différentes formations sur le paysagisme. Si vous avez un niveau jusqu’au bac + 5, ce sera encore mieux. Les études sont généralement conçues par des professionnels du secteur, qu’elles soient proposées en ligne ou de façon directe.

Paysagiste : salaire et débouchés

Devenir paysagiste demande en effet une certaine compétence et qualité. Il faut avoir des connaissances spécifiques en architecture, en technique de création de paysage et aussi en botanique. Un paysagiste doit également posséder un vrai sens de l’esthétique qu’il développe au fil du temps.

Maîtriser certains outils informatiques tels que le DAO (Dessin Assisté par Ordinateur) ainsi que des outils administratifs serait un grand plus. Cela mène à dire que la rémunération d’un paysagiste dépend surtout de son statut (indépendant ou salarié), de ses années d’expérience, de ses compétences ainsi que de tous ses parcours.

Si vous êtes débutant et que vous travaillez dans une entreprise, vous touchez par mois vers les 1 700 euros bruts. Cela peut atteindre jusqu’à 2 100 euros bruts après des années d’expérience. Parmi toutes les possibilités, vous pouvez devenir un paysagiste (public ou privé), maître d’ouvrage/œuvre, chercheur, artiste, assistant projet, enseignant, expert, urbaniste et encore beaucoup d’autres.

Comment ouvrir sa société en tant que paysagiste ?

La première chose à prendre en compte pour créer une entreprise de paysagiste est le choix du statut juridique. Si vous envisagez de travailler seul, le statut d’EIRL peut convenir, mais si vous engagez des salariés, optez plutôt pour la SARL.

Ce choix est crucial et très avantageux, car il peut vous éviter de payer d’importantes cotisations. Si vous êtes plusieurs associés, la SAS est dans ce cas un choix convenable. Vous devez ensuite vous inscrire aux organismes qui correspondent au type d’activité (artisanale, commercial ou agricole) que vous souhaitez exercer.

Si votre activité concerne surtout la plantation de plantes et d’arbres, la création de jardin, la pépinière ou l’entretien des plantes, vous devez vous adresser à la Chambre d’agriculture. Si l’entreprise de paysagiste est de type artisanal comme le fait de créer des jardins et des parcs, il advient de se tourner vers la Chambre des Métiers et de l’Artisanat.

Pour les prestations de services, tout entretien de jardins et de parcs, vente d’engrais, de poteries et de graines, il faut se tourner vers la Chambre du Commerce et des Sociétés. En tant qu’entrepreneur, vous devez en outre, souscrire une assurance responsabilités sociales.

Vous devez également réaliser un business plan dans lequel doivent figurer certains éléments importants tels qu’un bilan prévisionnel sur la capacité d’autofinancement et de remboursement, l’investissement, une estimation sur le BFR (besoin en fonds de roulement) et autres.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.