Qu’entend favoriser la réforme du crédit consommation ?

0
121

Que ce soit pour l’achat d’une voiture, d’un four, d’une télévision, ou de la provision pour la semaine, il et toujours tentant de faire appel au crédit à la consommation. Pourtant, qu’il s’agisse d’achats plaisir ou de dépenses contraintes, le crédit à la consommation est un mode de financement qu’il ne faut pas prendre à la légère. Plusieurs contraintes de sa caractéristique peuvent vous être regrettables.

Objectifs de la réforme du crédit à la consommation

La réforme du crédit à la consommation vise à favoriser un usage raisonné de ce mode de financement tant pour les prêteurs de crédit que pour les emprunteurs. Des emprunteurs mieux informés, des prêteurs responsabilisés, une publicité plus sincère et non mensongère avec une série de mesures entrée en vigueur depuis le 1er mai 2011, voilà ses objectifs.

Modalités de la réforme sur le crédit à la consommation

Le volet pédagogique tient une place importante. Le souci de la clarification a même conduit à former les travailleurs sociaux. Des travailleurs qui sont au contact des personnes vulnérables pour leurs enseigner que la mauvaise utilisation du crédit à la consommation fait parfois tomber dans le surendettement.

Puis une augmentation de marge de prêt de 200 € jusqu’à 75 000 € au lieu d’un plafond de 21 500 € qui était devenu obsolète. Ensuite, les publicités pour les crédits consommations furent davantage contrôlées. Il faut décourager les annonces agressives ou qui entretiennent une confusion sur le coût du crédit. Puis, prônez des avertissements systématiques comme: « Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager. »

La priorité de la sécurité de l’emprunteur a mené à faire en sorte que le prêteur n’octroie un crédit qu’à bon escient et que l’emprunteur prenne pleinement conscience de ses engagements. Et enfin, avant la signature, le prêteur devra fournir à l’emprunteur de crédit une fiche détaillant la nature et les caractéristiques du crédit proposé ainsi que les répercussions qu’ils peuvent avoir sur sa situation financière. Dans le même esprit, l’emprunteur sera informé au moins une fois par an du montant du capital qu’il lui reste à rembourser.