Home Blog

Comprendre le rachat de crédit 50000 euros

0

Le rachat de crédit met un terme aux pressions des paiements des traites des différents prêts contractés et simplifie la gestion de vos finances. Il a pour objectif la réduction des mensualités et l’abaissement des taux de crédits moyennant une rallonge de la période de prêt.

Principe et avantage du rachat de crédit

Le but du rachat de crédit est d’améliorer le pouvoir d’achat des ménages, et passe par la restructuration des dettes. En souscrivant au programme rachat de crédit, vous donnez le droit à un organisme financier de racheter tous les crédits et découverts auxquels vous avez souscrit. En contrepartie, la période de remboursement est allongée et vous payez une traite par mois.

Comme avantages :
– vous définissez le montant de paiement des traites. Avec le rachat de crédit, l’emprunteur peut diminuer la durée de remboursement, l’allonger ou la conserver. Cette flexibilité permet à l’emprunteur de payer ses traites selon ses revenus.
– Réduction du taux d’intérêt. La restructuration des dettes est l’élément clé du rachat de crédit et permet d’alléger les frais des traites à rembourser. L’idée à la fin est d’obtenir un meilleur taux de crédit moins important que les différents taux d’emprunts précédents.
– Gestion plus efficace du budget. C’est une manière pratique de diminuer ses dettes et mettre de l’ordre dans ses revenus.
– Finance d’un projet important : grâce au rachat de crédit, vous avez la possibilité d’obtenir un nouveau prêt pour le financement d’un projet immobilier, le lancement de votre entreprise ou l’achat d’un véhicule neuf.

Au-delà du bien qu’apporte le rachat de crédit, cette opération augmente la durée du prêt, sans compter les frais du regroupement de crédit, car l’expertise d’un établissement financier est requise. Le regroupement de crédit est efficace lorsque le taux d’intérêt en vigueur est moindre, lorsque votre situation personnelle, familiale et patrimoniale change.

Les bénéfices directs avec un rachat de crédit de 50 000 euros

Nous verrons l’avantage qu’a un ménage à souscrire à un regroupement de crédit d’une valeur de 50 000 €. Il s’agit d’une famille moyenne ayant contracté différents crédits allant du prêt auto au prêt pour études, en passant par le prêt aménagement et travaux. En moyenne, elle ploie sous le poids de 5 ou 6 prêts uniques avec des durées de remboursement n’excédant pas 120 mois. Avec le regroupement de crédit, le premier avantage est la rallonge des traites qui peut aller jusqu’à 400 mois. En termes d’économie, il faut partir du fait qu’un crédit de 50 000 € remboursable en 60 mois nécessite 1000 € de traites et un taux d’intérêt de 7 %. Pour une période de 120 mois, les mensualités passent à 600 €. L’analyse nous permet de voir qu’en multipliant la période de remboursement par deux, la mensualité s’abaisse d’autant, donc pour 240 mois et plus, la mensualité maximale est de 300 €.

Ce montant de 50 000 € permet de regrouper n’importe quel type de prêt, y compris les crédits immobiliers et les prêts à la consommation. Si le crédit immobilier est concerné, on parlera plutôt de rachat de crédit hypothécaire. Des mécanismes permettent de constituer une hypothèque comme garantie du crédit. Elle servira de gage à tous les crédits groupés. En cas de rachat mixte, incluant les prêts immobiliers et les crédits de consommation, le taux est parfois très alléchant en raison du taux de crédit immobilier moins important, car il va rarement au-delà de 5 % tout le contraire des crédits à la consommation qui oscillent autour de 7 %.

Prêt personnel, les raisons fréquentes de refus

0
Prêt personnel, les raisons fréquentes de refus

En ce moment, vous envisagez d’effectuer un prêt personnel ? Sachez que votre prêt peut être refusé pour un bon nombre de raisons. Découvrez dans ce guide pratique les raisons les plus fréquentes expliquant ces refus.

L’endettement : une raison possible de refus

Il est important de porter à votre connaissance que si vous êtes endetté, il y a de forte chance que votre prêt soit refusé. En effet, un nombre élevé de dettes augmentent le risque d’un refus dans le sens où vous pourrez ne pas rembourser le prêt.

En matière de dettes, vous ne devez pas dépasser un taux d’endettement de 33 %. Par ailleurs, même si vous êtes clean en matière de dettes, il se peut qu’un endettement de vos proches aussi puisse freiner l’accord d’un prêt.

Situation professionnelle : revenus insuffisants

Si vous travaillez à votre compte et que votre entreprise en cours de développement, le risque de refus est très haut. Effectivement, si vous ne justifiez pas d’au moins trois exercices, votre situation semblera précaire pour un prêt.

Cette raison est mentionnée comme étant 30 % des cas de refus. Cela dit, ne vous découragez pas si vite, il existe toujours des solutions, certaines institutions ne tiennent pas compte de cette partie.

Critères financiers : crédits mal gérés

Pour pouvoir vous octroyer un prêt personnel sans justificatif, les institutions peuvent aller jusqu’à étudier la tenue de vos comptes. Dans ce cas, il se peut que votre prêt soit refusé si après vérification, l’institution aperçoit des paiements rejetés ou des découverts réguliers.

En outre, l’institution vérifiera l’historique de vos emprunts, cela étant s’il y a des irrégularités douteuses, l’offre de prêt est éventuellement réétudiée. Quoi qu’il en soit, il existe toutefois des institutions qui offrent des prêts sans passer par la vérification de crédit.

Inscription à FICP : Fichier national des Incidents de remboursement des Crédits aux Particuliers

Malheureusement pour vous, pour pouvoir bénéficier d’un prêt personnel, l’inscription à un fichier de remboursement n’est pas un bon point. Le Fichier national des Incidents de remboursement des Crédits aux particuliers est un fichier géré par la Banque de France visant à protéger les clients de la banque contre le surendettement.
Systématiquement, l’institution auprès de laquelle vous demandez un prêt vous interrogera sur cela, cette situation sera contraignante pour vous. De ce fait, si vous êtes inscrits à ce fichier, votre chance d’obtenir un prêt personnel est infime.

Situations diverses : risque de refus

Des raisons tout aussi bien personnelles que professionnelles peuvent entrer en jeu et peuvent vous faire encaisser un refus, il s’agit des situations comme le fait de pratiquer un sport dangereux. En effet, un sport dangereux est jugé insécurisé pour l’octroi d’un prêt.

D’un côté, si vous êtes titulaire d’une carte de séjour avec un délai trop court restant à courir même étant sur le territoire, votre chance pour obtenir un prêt personnel est minime. D’un autre côté, si vous présentez une condition santé déterminée d’inadéquate par l’assurance de l’institution, vous pouvez dire adieu à un prêt personnel. Maintenant, vous savez ce qui vous attend si vous voulez obtenir un prêt personnel.

Faire payer les frais de notaire au vendeur : l’acte en main

0
Faire payer les frais de notaire au vendeur

En règle général, se rapportant à une transaction immobilière, les frais d’un acte de vente sont à la charge de l’acquéreur du bien immobilier, selon l’article 1593 du code civil. Cependant, il peut y arriver que le vendeur accepte de s’acquitter de ces frais. Le prix de cette transaction est dit « acte en mains » ou « contrat en main ».

La clause acte en main

La vente d’un bien immobilier occasionne le plus souvent des dépenses complémentaires, en l’occurrence les frais d’actes d’enregistrement et autres accessoires à la vente. Ils sont en principe à la charge de l’acheteur. La clause de prix « acte en main » signifie que les frais d’enregistrement afférents à la vente seront pris en charge par le vendeur. Cette disposition n’est pas d’ordre public, elle n’est pas impérative non plus.

Les parties peuvent donc y déroger dans leur convention de vente. En effet, la clause dérogeant à la stipulation de l’article 1539 du code civil constitue de fait une charge dans le chef du vendeur, et sera prise en considération dans le calcul des droits d’enregistrement. Cette offre ne fait donc pas entièrement profit au vendeur.

Qui va payer les frais du notaire ?

Pour un bien immobilier de 200 000 euros net vendeur par exemple, logiquement l’acheteur va devoir payer 8% des frais de notaire, donc 16 000 euros que sa banque va lui demander de supporter, afin d’assumer pour sa part, le financement à hauteur des 20 000 euros.

Mais pour éviter une telle situation, l’acheteur peut fait valoir la clause « acte en main ». Dans ce cas, la banque va lui accorder un prêt, non pas 200 000 euros, mais de 216 000 euros. En conséquence, les frais de notaire seront évidemment à la charge du vendeur.

Ce dernier va alors encaisser 16 000 euros de surplus sur son prix net vendeur qu’il devra tout naturellement verser au notaire, et percevra ses 20 000 euros. L’acheteur quant à lui n’aura à débourser aucun frais d’acte d’enregistrement.

Les solutions de défiscalisation de l’impôt sur le revenu

0

La défiscalisation de l’impôt sur le revenu fait appel à la mise en pratique d’une stratégie ayant comme but, pour un contribuable, de payer moins d’impôts. En effet, acquitter peu d’impôt est, depuis quelque temps, devenu un privilège des prestataires soucieux de garder, mais aussi d’améliorer leur pouvoir d’achat.

Pour cela, il existe plusieurs solutions de défiscalisation de l’impôt sur le revenu, mais comment réduire ses impôts grâce à la défiscalisation et le placement financier?

Défiscalisation immobilière

En faisant partie des piliers de la défiscalisation, l’investissement immobilier constitue une grande partie de l’impôt sur le revenu qu’un contribuable doit acquitter. Ainsi, pour défiscaliser l’impôt avec l’investissement immobilier, le règlement fiscal français administre plusieurs dispositifs basant sur le placement immobilier qui visent à réduire l’impôt.

Cependant, Il est important de préciser que ces méthodes de défiscalisation immobilière sont sous certaines conditions et peuvent prouver plus ou moins d’efficacité. Pour entrer en vigueur, ces dispositifs sont classés selon l’emplacement du contribuable.

De ce fait, l’investissement dans l’immobilier neuf en France métropolitaine se voit défiscaliser avec les lois des défiscalisations Bouvard et Pinel et l’investissement dans l’immobilier neuf dans l’outre-mer par les lois Pinel et Girardin. Pour le financement dans l’immobilier ancien faisant l’objet d’une rénovation est défiscalisé suivant les lois Malraux. Dans ses applications, toutes ces méthodes de défiscalisations ouvrent un droit à une diminution d’impôt.

En revanche, les modalités telles que les calculs de l’allègement fiscal obtenu, les conditions d’obtention et les montants diffèrent, d’une manière très visible, d’un dispositif à l’autre. Pour cela, il est primordial de se pencher sur les détails de chaque loi afin d’obtenir le plus de gain fiscal suivant la situation de chaque contribuable.

Par exemple, la défiscalisation Pinel permet de soustraire annuellement les impôts sur une période de 7 ou 12 ans un montant constant pouvant représenter jusqu’à 6 000 euros.

Défiscalisation sur les placements financiers

Quelques placements financiers font également profiter d’une réduction d’impôt sur le revenu. Ces derniers permettent de défiscaliser, d’une façon directe, l’impôt sur le revenu à partir de l’année de leur souscription et cela dans des échelles plus ou moins conséquentes.

Ces dispositifs fiscaux se voient rassemblés sous l’appellation de « défiscalisation financière ». Ces défiscalisations financières sont, suivant les plus rencontrés, la prise de parts dans des fonds de financement spécialisés dans les PME, les coopérations au sein des SCPI Fiscales et l’acquisition de part de SCI ou de SCN dans les provinces outre-mer.

Ainsi, la singularité des outils de défiscalisation financière se trouve dans le fait qu’ils permettent une diminution d’impôt direct à partir de leur année d’acquisition. Cependant quelques-unes de ces mécanismes de défiscalisation montrent un danger non négligeable. Afin d’échapper, il est nécessaire de bien étudier cela au moment du choix du financement.

La loi de défiscalisation Girardin, concernant l’industrie, permet, par exemple, d’enlever la valeur investie de ses impôts jusqu’à 115%. Mais cela est accompagné par un grand risque de ne pas toucher sa mise au bout de l’opération. Le financement en parts de FIP et FCPI quant à lui promet une baisse d’impôts jusqu’à 18% à 38%.

Comment bien interpréter une offre de prêt immobilier

0

Une offre de prêt immobilier est proposée par une banque à un particulier en quête d’un crédit pour le financement de l’achat de sa maison. La loi détermine les données qui doivent figurer obligatoirement sur le document afin que le futur emprunteur s’engage en connaissant toutes les contraintes liées à sa dette. La compréhension des informations qui y sont affichées peut être peu évidente pour quelques personnes. Voici comment interpréter une offre de prêt à l’habitat.

Un document personnalisé

L’offre de prêt immobilier est dressée à partir des données fournies par le demandeur. Elle lui est donc explicitement destinée. Y figurent son nom, ses prénoms et ses coordonnées. Le document indique également le nom de la banque et la nature de l’offre ainsi que la destination des fonds. D’autres dispositions y sont de même affichées comme le montant accordé, sa durée, la nature du taux (fixe ou variable) et le taux effectif global. Le banquier indique la date à laquelle il est prêt à verser le capital.

La durée de l’offre est en outre annoncée dans la proposition ainsi que les conditions encadrant le remboursement anticipé. Les frais de dossier, le coût de l’assurance ainsi que les garanties exigées sont aussi inscrits sans équivoque. Le banquier est par ailleurs tenu d’indiquer que son futur client a la possibilité de s’assurer auprès de l’établissement de son choix.

Le tableau d’amortissement annuel

Le tableau d’amortissement doit impérativement figurer sur le document. Il présente clairement un échéancier du remboursement du crédit. Il reprend le capital amorti, le montant des mensualités, celui de l’intérêt, le coût de l’assurance, le reliquat à payer et enfin le coût total.

Ce dernier chiffre représente le montant réellement déboursé chaque année pour le remboursement du prêt.

Le délai de réflexion et de rétractation

En général, l’emprunteur dispose d’un délai de 10 jours pour étudier son offre. Il ne peut la renvoyer signée que lorsque ce temps est écoulé. La rétractation est encore possible dans les 14 jours suivants s’il change d’idée. Ce délai peut être prolongé si l’achat risque de prendre des mois avant de se concrétiser.

Comment faire le bon choix de banque en ligne

0

L’apogée massif d’internet a dématérialisé les services des établissements bancaires. De nombreuses banques dans le monde sont présentes en ligne afin de proposer leurs offres.

Pourquoi opter pour une banque en ligne ?

La banque en ligne propose les mêmes services qu’une banque ordinaire. Comme cette dernière, elle permet d’ouvrir un compte bancaire, fournir les éléments comme la carte bancaire ou le chéquier, offre des crédits et réalise des placements financiers.

Cependant, elle ne nécessite aucune opération auprès des agences ni d’un représentant physique de la banque. Seules suffisent les démarches en ligne. De ce fait, la banque en ligne se présente plus économique, les frais bancaires sont réduits.

Elle permet de gérer le compte bancaire à n’importe quel moment et à n’importe où, que ce soit même à l’étranger. Le service clientèle est disponible 7jours sur 7 et ce 24 h sur 24. Les offres avancées de la banque en ligne sont plus innovantes et plus efficaces que celles proposées par une banque classique. Très pratique et simple en plus, la banque en ligne permet un gain de temps.

Les critères pour le bon choix de banque en ligne

Se lancer dans le financement d’un compte bancaire est nécessaire. Mais faire un choix de banque parmi les plusieurs banques en ligne est très judicieux. Il est préférable d’opter pour la meilleure banque en ligne adéquate à votre profil.

Les taux d’épargne proposés par différentes banques en ligne sont à étudier. Optez pour celle qui vous présente une offre plus rentable. La simplicité et praticité de l’usage des outils web indispensables pour une meilleure gestion de votre compte et autres opérations sont aussi essentielles.

Vous devez prendre en compte, non seulement les produits de base, mais aussi les produits sophistiqués comme le compte à terme, l’assurance-vie, bourses, fonds et bien d’autres. Comparez les tarifs, analysez le montant des frais de gestion et des frais divers, le coût des virements et celui des cartes bancaires.

Sur quels critères choisir une mutuelle santé?

0

Le nombre de personnes qui s’inscrivent à une mutuelle santé ne cesse d’augmenter de jour en jour. Devenu une nécessité, ce type de mutualité permet de prévenir contre les maladies. Choisir une mutuelle santé ne se fait pas au hasard. En effet, une personne doit voir toutes les conditions proposées avant de souscrire une mutualité santé.

Les besoins en matière de mutualité santé

Une personne doit évaluer ce qu’elle attend vraiment d’une mutuelle santé avant de faire son choix. Une fois le bilan évalué, il sera plus facile de prendre en compte toutes les assurances proposées, y compris les recouvrements des consultations médicales, des soins dentaires et optiques, et les frais de produits pharmaceutiques. Il ne faut pas hésiter à faire une vérification des moyens de remboursement, notamment pour les frais dentaires et optiques.

Les catégories à risque

Il est évident qu’une personne présentant des exigences médicales particulières doit avoir une solide mutualité santé. Il est donc primordial d’en parler à la mutuelle, au cours de l’adhésion. Il ne faut pas hésiter à exiger des demandes explicites en dehors des offres proposées par l’assurance santé, comme la demande d’assistance médicale.

La tarification d’une mutualité santé

Le fait s’inscrire à une mutuelle santé implique le versement de l’argent tous les mois, afin de contribuer à la couverture santé. En effet, une personne doit estimer ses possibilités financières par rapport à son budget. Dans tous les cas, une mutualité santé propose généralement de bons tarifs à ses clients particuliers et professionnels.

La rapidité des remboursements

Même si la plupart des mutuelles santés proposent une rapidité des remboursements des frais médicaux, c’est-à-dire dans les environs de 24 à 48h, il est tout à fait envisageable de demander une garantie par rapport à cela. Si le délai n’est pas respecté, une personne peut demander des comptes auprès de sa mutualité santé. Dans tous les cas, il est toujours nécessaire de choisir une bonne mutuelle.

La réputation de la mutuelle santé auprès du public

Il ne faut pas minimiser l’importance de la réputation d’une mutuelle d’assurances. Plus elle a une solide réputation auprès des gens, plus il sera facile d’évaluer la qualité de service qu’elles offrent à ses clients.

Rachat de crédit, les étapes de la recherche à la signature

0

Souvent proposé par des sociétés de crédits, le rachat de crédit consiste à rassembler chez un seul organisme de prêts tous ses crédits en cours. Et réunir tous ses crédits chez la même société permet également de réunir les prélèvements mensuels, et même, en allongeant le temps de remboursement, de faire diminuer la facture !
Le rachat de crédit concerne tout le monde, et dès deux crédits en cours. Vous avez du mal à gérer les différents crédits chez différents organismes ? Rachat de crédits. Besoin de renégocier tous les taux des prêts qui vous ont été faits ? Rachat de crédits.

Comment un rachat de crédits se passe-t-il ?

Premièrement, il ne faut pas se précipiter. Bien faire le point sur ce que vous voulez, et ce dont vous avez besoin.

Faites également le point sur les différents organismes de rachat de crédits.Il existe de nombreux comparateurs sur Internet, n’hésitez pas à vous y promener, à en regarder plusieurs… Cherchez votre perle rare !

Vous avez vos différents favoris, vous les avez contactés et vous avez vos devis.

Seconde règle pour un rachat réussi : n’acceptez jamais, ô grand jamais, la première proposition faite ! Vous devez optimiser votre rachat.
Jouer sur la corde de la concurrence, essayez de faire descendre les taux, l’échelonnement des mensualités.

Ne tombez pas dans le piège du coût total du crédit non plus. Prenez le temps de recalculer ce que vous coûte votre crédit, et si un regroupement aux conditions proposées ne vous coutera pas plus cher que de rester dans votre situation initiale.

Vérifiez également si les frais de dossier ne dépassent pas vos économies faites sur la revisite du taux d’emprunt. Vous pourriez finir par payer plus cher chez l’organisme de rachat que dans votre situation initiale.

En conclusion…
-> Faites le point sur votre situation et vos besoins, pour vous présentez chez les banques et organismes de rachat de crédit en tant que connaisseur de votre situation.

-> Servez-vous des comparateurs disponibles sur Internet pour faire jouer la concurrence lors de vos négociations en effectuant des simulations de rachat.

-> Et, surtout, faites attention aux frais de dossier et au coût total du crédit : le rachat de crédit sert à faire des économies et à se faciliter la vie, pas à payer plus cher !

Crédit en ligne, quels différences avec un crédit dans sa banque?

0

La démocratisation d’Internet et l’arrivée sur le marché du travail des jeunes qui ont baigné dans la révolution numérique ont permis de faire émerger le traitement des transactions en ligne. Le crédit à la consommation n’échappe pas à la règle et de nombreux organismes proposent désormais cette option. Mais quelles sont les différences par rapport au crédit négocié dans sa banque, en agence ? Quelques éléments de réponse dans cet article.

Pourvoir obtenir son crédit sans justificatif

Il n’y a pas de différence dans le cadre juridique entre un crédit classique et un crédit en ligne. Si certains crédits nécessitent des justificatifs, tels que le rachat de crédits ou ceux dits renouvelables. Il existe cependant des crédits qui ne nécessitent aucun justificatif particulier pour débloquer les fonds, sauf quelques garanties bancaires qui permettront à l’agence de mieux anticiper votre capacité à rembourser les échéances. Cependant, la mise en place de trésorerie, sur demande, ne nécessitera aucun justificatif ni de projet particulier, au contraire de certains crédits qui doivent s’accompagner d’un justificatif (travaux, voiture, énergies renouvelables…)

Les différences de forme entre un crédit en ligne et un crédit classique

Si sur le fond, il n’existe en théorie aucune différence notable entre ces deux types de crédit, la manière de débloquer les fonds diffère. Ainsi, un crédit classique nécessitera de se déplacer en ligne, voire de prendre rendez-vous avec un conseiller. Cela nécessite une planification, du temps et peut parfois aboutir à un échec si une pièce au dossier venait à manquer.

Le crédit en ligne lui ne nécessite pas que l’on sorte de chez soi. Tout se fait via des formulaires en ligne, on peut même comparer plusieurs organismes très rapidement sur un site de prêt en ligne comme cnasea.fr, aboutissant généralement à la création d’un espace sécurisé et personnalisé où l’on pourra stocker en toute sérénité ses données personnelles (civilité, adresse, revenus…). Les pièces justificatives pourront être envoyées via cet espace sécurisé ou par email (carte d’identité, déclaration de revenus, justificatif de domicile…). Si une pièce venait à manquer, une notification est envoyée pour alerter de cet oublie.

Enfin, les crédits en ligne sont en règle générale un peu moins chers que les crédits classiques, même si cette règle n’est pas toujours respectée. Des comparateurs en ligne existent pour s’assurer que les taux et les conditions soient bien les plus avantageux pour le client.

Savoir bien choisir son contrat d’assurance vie ! Mais qui choisir ?

0

Ce qu’il faut savoir afin de vous éviter de tomber dans les pièges du produit fétiche de l’épargne des Français…

Le premier point essentiel est de choisir une assurance vie rentable, donc sous peine d’avoir affaire à une société peu scrupuleuse et de le découvrir une fois votre contrat signé, ce qui sera bien évidemment trop tard selon le laps de temps qu’il vous faudra pour vous rendre compte de la supercherie, il sera préférable pour vous de veiller aux grains et vous renseigner d’ores et déjà.

Vérifier la fiabilité de la société

A vous de vérifier la stabilité, la sureté et la notoriété de la compagnie qui vous intéresse! Pour cela, rien de plus simple, abandonnez votre costume de consommateur pour enfilez celui de Sherlock Holmes afin de vous consacrer à une recherche détaillée.

Enquêtez sur le moindre détail, sur tout ce qui peut apporter à vos yeux une concrète crédibilité de la société. Renseignez-vous auprès de la Fédération Française des Sociétés d’Assurances, sur l’ancienneté de la société ainsi qu’entre autre le rendement de celle-ci.
Souscrire à un contrat d’assurance vie n’est pas une décision à prendre à la légère et même si l’adhésion reste un moment capital, pas de panique il n’y a rien de si compliqué.

Prenez votre temps

Une fois la société sélectionnée une un comparatif d’assurance vie instantané, vous voilà prêt à vous engager pour la meilleur assurance vie… mais pas si vite, il vous faut encore vous assurer de certains détails vis à vis des options du contrat.

C’est votre assureur qui va gérer la pérennité de votre contrat durant des années alors à vous de bien en choisir les clauses. A vous de faire le bon calcul pour votre assurance vie : montant des mensualités, échéances des versements, multisupports ou non, rente viagère ou capital de sortie, patrimoine hors droits de succession ou héritage, rachats partiels et fiscalités…Vous seul avez les clés en mains alors multipliez les devis et informez vous sur les sociétés afin de déceler le contrat d’assurance vie fait pour vous et un assureur qui se distinguera des autres.

Crédit auto, la meilleure solution pour financer sa voiture

0

Il arrive parfois de devoir changer de véhicule. A cause d’un accident, de réparations trop importantes à faire, ou bien une utilisation du véhicule qui change.

Et nous nous posons tous la même question, après avoir passé des heures à regarder et comparer les différents modèles que les constructeurs et les distributeurs nous proposent : « comment vais-je faire pour payer ? »

Épargne ou crédit?

Est-ce qu’il est mieux de prendre un crédit ou, si on le peut, payer d’une seule fois le véhicule ?
Si vous le pouvez, et que vous n’êtes pas dans une situation financière délicate, oui, il est toujours mieux de s’épargner des créances mensuelles, qui poussent de temps en temps à des calculs mentaux compliqués, et, chez certains d’entre nous, le stress du prélèvement voir une désagréable sensation d’obligation, alors que, rappelons-le, c’est vous le client, et vous achetez un service !

Avantages du crédit

Mais de son côté, le crédit a de sérieux arguments pour sa défense. Les sociétés proposant ce service permettent de plus en plus souvent une meilleure modulation des règlements, et les plus sympathiques permettent même de commencer le remboursement plusieurs mois après la signature du contrat et le versement de la somme empruntée. Les taux d’emprunts sont également de plus en plus bas ! Il est même possible de trouver un crédit auto au meilleur taux avec un site comme financementautomobile.fr qui compare les taux en direct.

Mais plus encore, et parce que nous ne pouvons pas prévoir tous les aléas de la vie quotidienne, le crédit permet de compenser rapidement le manque de ressources pour l’achat d’une voiture, équipement qui est souvent vital dans notre société.

Ne pas se démunir

Un crédit permet aussi de ne pas poser sur la table d’un seul coup une énorme quantité d’argent, et de conserver sous le coude de l’argent au cas où un second coup dur pointe le bout de son nez (et dans notre société, les causes peuvent être nombreuses : une machine à laver à changer, un enfant à naître, un déménagement…), et permet de moduler les dépenses.

En bref, le crédit, même s’il force un peu plus d’organisation financière, est le plus souvent la meilleure solution dans l’achat d’un nouveau véhicule. Modulation du remboursement, taux les plus bas jamais vu, et, surtout, permet de ne pas se mettre financièrement en danger.
Mais n’oubliez pas : tout crédit doit être remboursé !

Existe-t-il un financement auto pour un FICP ou un interdit bancaire ?

0

Avant d’octroyer un prêt, un établissement de prêt est tenu de faire une vérification de solvabilité de sa clientèle auprès de la Banque de France. En effet, cette vérification consiste à savoir si cette dernière n’est pas fichée ou si elle n’est pas en interdit bancaire.

À noter que le FICP ou Fichier des Incidents de Remboursements des Crédits aux Particuliers, ainsi que le FCC ou Fichier Central des Chèques sont tous deux gérés par la Banque de France et que ce sont des fichiers recensant les personnes qui ont rencontré des problèmes financiers avec les établissements bancaires.

Pour obtenir un crédit auto, il est important de ne pas faire l’objet d’un fichage à la BDF. Toutefois, il existe des solutions pour les personnes fichées ou en interdit bancaire qui souhaite contracter un crédit auto.

Les différentes solutions pour contracter un crédit auto en étant FICP ou en interdit bancaire

Le fait d’être FICP ou un interdit bancaire n’implique pas forcément qu’un organisme de prêt ne peut vraiment pas vous octroyer un crédit.

Toutefois, ce sont des précautions qui ont été mises en place afin de réduire les incidents de remboursement et pour les emprunteurs à difficulté, c’est une balise qui leur permet de ne pas sombrer encore plus dans d’autres problèmes de remboursement.

Pour un crédit auto, si cela est vraiment un besoin indispensable pour vous, et que vous êtes propriétaire d’un logement, l’option d’un gage peut vous aider à souscrire à votre crédit auto. Toutefois, en étant FICP, il vous sera difficile de trouver un organisme de prêt qui vous accordera votre crédit auto.

Financer votre auto à partir d’un micro crédit

Certains organismes de micro crédit peuvent aussi vous accorder un prêt, mais il faut savoir que le taux d’intérêt peut être élevé et que la durée de remboursement est réduite au minimum.

Il existe également le financement auto pour RSA. Ce sont généralement des associations aidées par l’état et qui aident les personnes à problèmes dans leur réinsertion et en vue de ne pas accroitre leur problème.

En outre, en démontrant suffisamment que la voiture est indispensable pour vous aider dans votre travail afin de régler votre situation FICP, le prêt d’honneur de la CAF peut vous aider à l’achat de votre véhicule.

Banques en lignes, sont elles compétitives sur les crédits

0

Les banques en lignes, véritable innovation grâce au développement d’internet ont déjà su rafler une part considérable du marché bancaire. Qu’en est-il alors des souscriptions à des prêts ?

Avantage des banques en ligne.

En général les banques en ligne sont compétitives en tout point. En effet, n’ayant pas de local à louer, et ayant un personnel réduit, elles peuvent proposer des prix que les banques classiques ne peuvent concurrencer.
De plus, elles offrent simplicité, et flexibilité. Ce qui est un avantage considérable, car entre le travail et les différentes obligations auxquels un individu est confronté, un gain de temps supplémentaire est toujours le bienvenue.

Avantage pour la souscription de crédit

Pour ce qui est de la souscription de crédit, les banques en ligne ont comme premier avantage la facilitation des démarches. En effet, après la simulation de prêt en ligne il faut juste remplir un questionnaire incluant des renseignements personnels (situation familiale, professionnelle, immobilière, …), envoyer les pièces justificatives y afférente ainsi que le contrat signé, puis attendre le déblocage des fonds. Mais même dans ce conteste de facilité et de flexibilité, un conseiller est assigné au demandeur.

De plus, dans les Banques en ligne, les clients sont en général leur propre gestionnaire, ce qui fait que pour ce qui est du remboursement (des crédits immobiliers surtout car sur une plus longue période), ils ont une plus grande latitude incluant une modification des modalités de remboursement selon la situation financière : anticipation de remboursement (s’il y a rentré d’argent), pause dans les mensualités ou même déplacement des jours de prélèvement. Et enfin, il revient moins cher d’emprunter aux Banques en lignes car les frais de dossiers et autres sont moindres.

Critiques

Les Banques en ligne sont surtout l’apanage des jeunes qui sont à l’aise avec internet et tous les outils technologiques qui sont nés avec. Certes, un certain nombre de personnes d’âge relativement mûres ont opté pour ces types de Banques, mais malgré tout ce sont surtout les jeunes qui s’y sentent à l’aise.

Mutuelle et remboursement de soins d’ostéopathie

0

L’ostéopathie est une pratique qui peut des douleurs qui ont persisté durant des années. Grâce à cette méthode, il n’est plus nécessaire de prendre en permanence des antalgiques ou même des anti-inflammatoires. Il est possible de se faire rembourser les frais de ces soins.

Principe général de la mutuelle santé

Les mutuelles sont des associations de personne qui ont pour but d’organiser la solidarité entre les membres. Ils récoltent des fonds venant des cotisations de ces derniers et leurs rôles sont parfaitement sociaux. L’agissement des mutuelles respecte le code de la mutualité, ces actions sont considérées comme complément à ceux de la sécurité sociale qui sont obligatoires.

Les actions de ces mutuelles se reposent sur la prévoyance, l’entraide ainsi que la solidarité. Les cotisations récoltées vont servir dans le développement moral, culturel, physique ou encore intellectuel. Ceci fait c’est pour améliorer les conditions de vie de tous les membres.

La mutuelle santé permet aux membres d’obtenir les meilleurs prix, régler dans l’immédiat toutes les subventions d’assurance maladie. Les forfaits obtenus par ces mutuelles peuvent couvrir les soins des médecines douces comme l’ostéopathie, la phytothérapie, homéo thérapie, la naturopathie ou l’acupuncture. Ils prennent aussi en charge les frais de pédicure, des psychologues ainsi que des podologues. Sans oublier qu’il assure le remboursement de la pharmacie qui est prescrite, mais qui n’est pas encore payée. Il est à savoir que chaque membre d’une famille peut être souscrit à une mutuelle santé.

La mutuelle et le remboursement de soins d’ostéopathie

L’ostéopathie est basée sur des techniques manuelles, celui-ci soulage la plupart des douleurs liées à différent type de troubles fonctionnels. En général les services d’ostéopathie ne sont pas remboursés par la sécurité sociale. Pourtant, il existe des mutuelles qui propose le remboursement en totalité ou en partiel de ces soins.

Et ces mutuelles privilégient le remboursement des soins ostéopathique, soit celui-ci se fait annuellement ou par acte. Afin de pouvoir bénéficier des remboursements, il est à noter de choisir un ostéopathe qui pratique les soins depuis des années. Ce praticien doit être un médecin qui est parfaitement homologué. Il faut que ces derniers offrent une facture de la totalité des soins de patient afin d’obtenir le remboursement. Ceci-ci fait, c’est pour déterminer que les soins ont été bien reçus et qu’ils peuvent être parfaitement remboursés.

Pourquoi votre rachat de crédit vous a été refusé?

0

Regrouper ses prêts pour n’avoir qu’une mensualité réduite et ainsi mieux gérer sa dette dans le temps. Le rachat de crédit est une solution qui s’offre aux personnes en situation d’endettement de nos jours. L’organisme de prêt auquel vous avez soumis votre demande s’intéresse principalement à votre situation financière et à votre capacité de remboursement de votre regroupement de crédits. Mais pour mieux comprendre les rouages de ce mécanisme financier, voici comment peut se présenter une situation de refus de rachat de crédit.

Un endettement trop conséquent:

Dans cette configuration, qui est la plus commune dans le cas d’un refus, cela signifie bien souvent que votre endettement représente plus des deux tiers de votre revenu disponible. C’est alors que l´organisme estime que vous êtes en incapacité de pouvoir rétablir votre budget avec un rachat de crédit.

Inscrit au FICP ou FCC:

Un quelconque organisme bancaire refusera systématiquement un rachat de crédit lorsque le demandeur est enregistré à l’un de ces deux fichiers de la Banque de France.

Les pré-requis fixés par la banque pour le rachat:

Selon les établissements bancaires, différents critères sont établis pour évaluer si vous serez capable de rembourser jusqu’au terme du rachat. Ces données reposent bien évidemment sur votre budget, mais aussi sur votre contrat de travail, ou encore sur les banques auprès desquelles vous vous êtes endettés.

L’âge et le nombre d’enfants, des critères suivis également de près:

Vous, comme vos chérubins, sont dans le viseur pour ces critères. Comme il s’agit d’étaler la dette, l’organisme tient à connaître vos responsabilités parentales ainsi que votre espérance de vie.

Évaluez bien votre contexte financier lors de votre demande. Si vous êtes locataire ou propriétaire. Si vous pouvez résoudre un conflit éventuel avec l’une des banques en question. Car un rachat de crédit vous permettrait certainement de mieux vous projeter.